nature

Aubade

Birdsong hit the morning air

As sunrise kissed the sky.

Lingering stars reduced their glare

And softly said goodbye.


Wispy clouds turned red and gold,

While trees stretched out and yawned.

Rabbits scampered by the fold;

Another day had dawned.


Another day in which to toil,

Or dream, or make ends meet.

The farmer on his own good soil;

The beggar in the street.


Copyright © Robert Haigh 2015




View silver_birch's Full Portfolio

Methodic Madness

Enslaving chains and wilderness pains 

are broken on healing heavenly domain 

plus graceful throne, envisioned. 

 

Method upholds this marauding madness 

aflicting us on earthly journeys through 

wounded wilderness, deadly disdain 

and frighful famine; distressing 

humankind and nature. 

 

Twisted minds and wicked souls  

torment humankind on this earthly  

journey through birth, life and death. 

Yet, we came with nothing; and with 

nothing, we depart to earth's dust.  

 

Hideous hypocrisy darkens love to 

hide this greatest reality from heaven's 

green pastures, meadows and 

river bed, unchained.  

 

We follow this river path to oceans 

lighted by divine mercy and unending 

salvation; healing broken hearts and 

bleeding, lost souls. 

 

Wind

Eerie voices creeping around corners and eaves,

laughing and whispering their promise of the coming storm.

                                                  

Crying frustration at the trees that grasp but can not hold,

tearing leaf from limb as it passes.

 

Turbulent passage through alleyways and streets,

spiraling into devils against all who dare resist.

 

Carried away with reckless abandon into the night

and blowing straight to the sea

to rejoice as a gale to finally be free…..

Author's Notes/Comments: 

A poem about the wind

View notapoet's Full Portfolio
tags:

Rivière

C'est un sous bois ou coule une rivière 

Tout est calme et on sent dans l'air

Une odeur de mousse, très légère

 

La passoire des arbres filtre le liquide soleil, 

Parfois une feuille tombe, vermeille

On ferme les yeux, on entend une abeille

 

Mollement, une salamandre comateuse

Du haut de sa souche creuse

Observe avec envie une bonne limace juteuse

 

Tout est calme, tout est tranquille

On sent dans l'air le parfum d'Avril

Pendant que loin, très loin, le temps file.

View sigma_vdr's Full Portfolio

Papillon

A l'abri de l'homme, dans un petit sous-bois

Au dessus de la mare et sous le chant des oiseaux

Virevolte un papillon dans l'air chaud 

Qui sans lui ne serait qu'un palais sans roi

 

De mille couleurs, répandant sa poudre dorée 

De sa danse enchantée, une valse de toute beauté

Ses ailes, fragiles paupières 

Décorent de somptueux motifs la clairière 

 

Mis en extase par le prince des vents

Les rayons solaires pleuvent, arrêtent le temps

Et sur deux fins miroirs naissent mille étincelles 

 

Vraie poudre de fée, cette pluie argentée

Nous badigeonne le coeur d'un sentiment; le bonheur 

Et nous impose de pronomcer deux mots sacrés

View sigma_vdr's Full Portfolio

Bleu saphir

Loin sous l'herbe, coup de pioche

Des jeunes hommes soufflent. Combien souffrent encore demain ?

Puis, dans un sursaut, l'un d'eux de sa main 

Dévoile une étoile bleue dans la roche

 

La Terre fut amputée, l'étincelle se meurt

Pas plus grosse qu'un sou, couleur d'océan

Le mineur, dans sa prison de souffre ardent

Ne verra plus qu'en rêve sa couleur

 

Sur le doigt de fer d'un monstre d'acier

La goutte étoilée ne luit plus 

Même pas de quoi éclaire

 

Les sinistres sourires des mangeur de Terre

Qui, en tout point semblables aux vers

Moisissent la pomme et Pourrissent l'espoir.

View sigma_vdr's Full Portfolio

Le bal des méduses

 

Sous l’eau, dans les ténèbres et dans le froid

 

Approchent par une dans gracieuse

 

Des comètes de verre, des fils de soie

 

Par une dans merveilleuse viennent les danseuses

 

 

 

Dans un silence d’abysse, des demoiselles arrivent

 

D’un coup les ombres reculent, la couleur renait

 

D’albâtre, de sang, d’herbe ou dorée

 

Scintillent les étoiles à la dérive

 

 

 

La merveille garde les yeux éveillés

 

Tandis que leur bal vous envoute

 

Et leur vague vous font partager leur route

 

 

 

Les lumières au loin s’éteignent, l’âme saigne

 

Et de manière funeste un ballet s’achève

 

Très loin sous l’océan, la baleine est rassasiée.

Author's Notes/Comments: 

 

 

View sigma_vdr's Full Portfolio

Le petit monde des prés du vent

Dans les prés où les papillons batifolent

On s’allonge dans l’herbe, regardant le ciel

On entend quelque chose, un battement d’aile

Les yeux se ferment. Un oiseau s’envole

 

Sur son audacieux brin d’herbe

Une fourmi tient tête à la fraiche brise

Tandis que sur les cerises

Déambulent ses nombreux petits frères

 

En contrebas, un petit ruisseau

Assiste au ballet des libellules,

Qui, excitées par le bruit de l’eau

 

Consument cet amour qui les brulent

Et s’en vont vite, gaiement vers les cieux

Illuminées par les rayons d’argent d’un soleil de feu.

Author's Notes/Comments: 

Sigma

View sigma_vdr's Full Portfolio

God, The Great Creator

A crisp, cool autumn evening,
Stars fill the night up high.
God, the great creator,
Decking out the sky.

A garden lit by the moonlight,
A rose kissed by His hand.
The beauty He created,
Even the smallest pieces of sand.

Petals of the roses
Glisten in the night.
The Master of creation,
His colors are pure delight.

From void He created beauty,
From dark He created light.
The Master of creation,
And to man, He gave them life.

Source: https://www.familyfriendpoems.com/poem/god-the-great-creator

White Hill Adventure

 

Author's Notes/Comments: 

About D.L. Brown

I am homemaker and have been writing poems since the early 2000's.
I was inspired by the Pastor of my Church, who was also a school teacher. 
He has encouraged me to write poems.

The majority of my writings have been about Jesus and the Bible.
I believe we all have a hidden talent, a gift that’s been given to us by God. 
It’s like a rough stone that needs to be polished into a diamond.

View mountfacenepal's Full Portfolio