mudrer

Rouge rubis

C'est une petite forêt tranquille

Epargnée par l'hiver, baignant dans l'été

Le soleil inonde une clairière, petite île

Ou s'achève sombrement une épopée

 

A l'endroit ou se croisent les chemins

Les regards haineux se croisent

Et pour un joyau rouge, l'un y perdit sa main

Ainsi que la source de son extase.

 

C'est une petite clairière silencieuse

Où l'on pu ce jour la apercevoir,

Scintillant sur des cailloux d'ivoir

 

Des milliers de petits rubis

Tombés de celui, qui, tantôt

Perdit l'un de ceux-ci, ainsi que sa vie.